Faire de la luge

Il est vivement recommandé de mettre un casque à votre enfant lorsqu’il va faire de la luge

 

Activité d’extérieur qui réjouit les grands et les petits en hiver, la pratique de la luge nécessite de prendre quelques précautions pour éviter un accident:

  • Etre bien équipé : habits chauds, casque, luge adaptée
  • Bien choisir l’endroit pour aller faire de la luge: pentes pas trop raides, libres d’obstacle, pas à proximité d’une route.
  • Connaitre et appliquer les règles de comportement adéquat: respecter les autres lugeurs, maîtriser la vitesse et la direction de sa luge, garder des distances de sécurité…

 

Pour en savoir plus:

 

Chute

Gardez un enfant sous surveillance pour limiter les risques de chute d’un enfant  (table à langer, chaise haute, balcon, fenêtre ouverte, place de jeu …) 

Sécurisez son environnement (barrières d’escaliers, systèmes de sécurité pour fenêtres, tapis antidérapant dans la baignoire …)

 

Les chutes sont des incidents fréquents au cours du développement de l’enfant (apprentissage de la marche, exploration de l’environnement..). Leurs conséquences sont souvent sans gravité mais il peut arriver qu’elles soient plus sévères.

 

Que faire en cas de chute:

 

1.  Si l’enfant perd connaissance suite à la chute et jusqu’à 24 heures après
  • Mettez-le en position latérale de sécurité
  • Appelez le 144
2. Si l’enfant n’a pas perdu connaissance
  • Surveillez l’enfant pendant 24 heures
  • Si des symptômes tels que vomissements, maux de tête, désorientation, somnolence, vision trouble, saignement de l’oreille, réaction de gêne face à la lumière ou comportement inhabituel apparaissent, consultez un médecin rapidement
3. En cas de plaie superficielle*
  • Appuyez fermement sur la plaie avec une compresse ou un linge propre jusqu’à ce que le saignement s’arrête (environ 10 minutes)
  • Désinfectez la plaie et couvrez-la avec un pansement
4. En cas de plaie plus importante
  • Protégez la plaie avec une compresse
  • Prenez rapidement contact avec un médecin ou consultez

 

*Plaie superficielle: n’atteint que la peau, d’une taille de moins de 3 cm; ne se trouve ni sur le visage, les organes sexuels ou à proximité de l’anus

 

 

Références:

  • Ogier R, Lador F. Pemiers secours enfants. Médecine et hygiène. 2010. (Collection SansBlabla)
  • HUG – Hôpitaux Universitaires de Genève. Mon enfant est malade. www.monenfantestmalade.ch

Les risques de chute à la maison

Restez toujours à côté d’un enfant lorsqu’il est exposé à un risque de chute depuis un endroit en hauteur (table à langer, canapé, lit, chaise haute…)

Installez des barrières de sécurité dans les escaliers

Gardez toujours sous surveillance un enfant lorsqu’il se trouve dans une pièce avec la fenêtre ouverte ou sur un balcon

 

Les chutes sont l’accident le plus fréquent chez les enfants entre 0 et 4 ans. Leurs conséquences peuvent parfois être graves.

Les circonstances des chutes sont liées à l’âge et au développement de l’enfant:

  • Chez les tout-petits, les chutes peuvent se produire de la table à langer, du lit, du canapé, de la poussette, du transat ou encore de la chaise haute
  • Dès que l’enfant commence à se déplacer à 4 pattes, le premier danger de chute provient des escaliers
  • Dès que la marche est acquise, l’enfant peut chuter depuis tout endroit où il arrive à grimper, sur un sol mouillé, dans la baignoire, depuis une fenêtre ou un balcon

 

Voici quelques précautions importantes pour prévenir les risques de chute:
  • Gardez toujours sous surveillance un enfant sur la table à langer ou dans la chaise haute
  • Attachez les sangles de sécurité quand l’enfant est installé dans le transat ou dans la poussette, même pour un court instant. Posez le transat au sol
  • Pensez à régler le fond du lit en position basse dès que l’enfant arrive à se relever seul dans son lit
  • Installez des barrières de sécurité en haut et en bas des escaliers pour que l’enfant ne puisse pas accéder seul aux escaliers. Apprenez-lui dès que possible à descendre et monter les escaliers à 4 pattes, sur les fesses puis debout.
  • Sécurisez les fenêtres et les balcons: enlevez les objets que l’enfant pourrait escalader sur un balcon ou devant une fenêtre, posez des systèmes de sécurité aux fenêtres
  • Surveillez un enfant lorsqu’il se trouve dans une pièce avec une fenêtre ouverte
  • Protégez les coins de table pour éviter que l’enfant se blesse dessus en cas de chute
  • Évitez de laisser votre sol mouillé ou encombré
  • Installez un tapis antidérapant dans la baignoire

 

Références:

  • Ogier R, Lador F. Pemiers secours enfants. Médecine et hygiène. 2010. (Collection SansBlabla)
  • Prévention des chutes , fiche Pipad’es 2009

Chutes des nourrissons : lâchés par un adulte ou tombés du lit, le plus souvent

Les chutes sont une cause majeure de blessures et la 4ème cause de décès des nourrissons avant un an. Chez les plus petits, ces chutes dépendent directement des personnes qui en ont la charge tandis que chez les plus grands, l’acquisition d’une autonomie motrice les rend aptes à rouler, ramper ou déambuler à quatre pattes. Les séries publiées incluent généralement l’ensemble des blessures par chute des enfants de tout âge, sans insister sur la spécificité des blessures des plus petits qui ne sont pas exceptionnelles.

Une étude du centre de traumatologie de l’hôpital pédiatrique de Sydney a recensé les consultations aux urgences des nourrissons de moins d’un an, survenues en 3 ans (2011-2013). Les cas ont été identifiés à partir du registre des urgences générales, du centre de traumatologie et du service de protection de l’enfance.

Sur la période, 916 patients (504 garçons, 412 filles) ont consulté pour une chute, les plus couramment d’un lit ou d’un canapé (27 %), d’un équipement pour nourrissons, siège, landau ou trotteur (21 %), des bras d’une personne qui tenait l’enfant (16 %), plus rarement d’un meuble, ou de la hauteur de l’enfant debout ou d’un escalier (n = 45).

Hospitalisation dans un peu plus de 10 % des cas

Parmi les 916 consultants, 110 (12 %) ont été hospitalisés, souvent les plus jeunes, dont 9 en unité de soins intensifs, 90 (85 %) ont été admis en neurochirurgie en raison d’un traumatisme crânien. La plupart des enfants avaient une fracture du crâne (n = 80, 75,5 %), isolée (n = 49, 46,2 %) ou associée à un saignement intracrânien (31, 29,2 %) ; 10 (9,4 %) avaient un saignement sans fracture. La plupart des fractures (66/80) était localisées à un os pariétal, 8/80 à l’occipital, 1/80 au frontal, 5 avaient des fractures multiples. Les hémorragies avaient une seule localisation (36/41) ou plusieurs : extradurale (19), sous-durale (11), sous arachnoïdienne (8), intracérébrale (4) ; 4 enfants avaient une contusion cérébrale. Les hémorragies extradurales étaient observées indépendamment du mécanisme de chute et les autres saignements étaient plus souvent le fait des nourrissons lâchés par un adulte.

Les autres blessures étaient des fractures des os longs, des contusions des parties molles. Sur les 90 patients admis, 85 ont été suivis seulement en observation, 5 ont subi une intervention pour évacuation d’un hématome (4) ou levée d’une embarrure (1). En moyenne, les enfants admis ont eu 1,3 examen d’imagerie, surtout des scanners. Les traumatismes crâniens cotés sévères représentaient 2 % des cas ; un enfant est décédé. Les autres interventions étaient l’appareillage d’une fracture (4), la réparation d’une plaie faciale (5) ; 20 enfants ont fait l’objet d’un signalement à l’aide sociale.

Selon cette série, les mécanismes des traumatismes les plus fréquents et les plus sévères impliquent les chutes des bras d’un adulte et à partir d’un lit ou d’un canapé.

Pr Jean-Jacques Baudon

 

Références:

Mulligan CS et coll. : Injury from falls in infants under one year. J Pediatr Child Health 2017; 53: 754-760.

Copyright © http://www.jim.fr

Source: Journal international de médecine www.jim.fr, article publié le 31 août 2017

Enfants et chiens

Ne laissez jamais un enfant et un chien ensemble sans surveillance

 

Le chien est réputé pour être le meilleur ami de l’homme. Les interactions entre l’enfant et l’animal peuvent se révéler très positives: confident, compagnon, ami de jeu,…il favorise la découverte de nouveaux apprentissages

Le chien a des manières d communiquer ses humeurs et des comportements qui lui sont spécifiques. Cela peut engendrer des risques d’accident:

  •  Une mauvaise compréhension entre le chien et l’enfant  ou un non-respect des signaux émis par l’animal peuvent être à l’origine d’un accident par morsure
  • Une sous-estimation de la force du chien par rapport à celle de l’enfant peut être à l’origine de chutes par bousculade

 

Pour que la cohabitation se passe bien, il y a quelques éléments importants à respecter:
  • Ne laissez jamais un enfant seul avec un chien
  • Apprenez à l’enfant à respecter le chien: il ne faut pas le déranger quand il dort ou qu’il mange,
  • Si votre enfant veut caresser un chien, demandez d’abord la permission à son propriétaire. Si la réponse est oui, appelez le chien pour qu’il vienne vers vous
  • N’approchez jamais un chien qui est attaché, même si vous le connaissez
  • Si un chien arrive vers vous à vive allure, ne partez pas en courant. Immobilisez-vous et ne regardez pas le chien
  • Enfin, si le chien vit à la maison avec l’enfant, apprenez à votre chien à respecter vos règles de vie et vos limites

 

Pour en savoir plus:

Les trampolines

Vérifiez régulièrement l’état du trampoline et expliquez bien les règles d’utilisation à l’enfant.

 

Avec  l’arrivée des belles journées ensoleillées, c’est un véritable plaisir d’aller jouer à l’extérieur de la maison.

Les trampolines sont très attrayants et amusants pour les enfants mais leur utilisation doit respecter quelques consignes de sécurité.

  • A l’achat: privilégiez le choix d’un trampoline équipé d’un filet de sécurité
  • Lors de l’installation: respectez les consignes de la notice de montage et installez le trampoline sur un sol plat et amortissant, comme du gazon.
  • A l’utilisation: un seul utilisateur à la fois !! L’enfant ne portera pas de vêtements ou souliers avec des cordons ou des lacets, ni de colliers qui pourraient s’accrocher dans la structure du trampoline.

 

Pour en savoir plus: