Transporter un enfant en voiture

Le transport d’un enfant en voiture doit répondre à certains critères de sécurité. Il est essentiel de fixer le dispositif de retenue correctement dans le véhicule et que l’enfant y soit bien attaché: ceintures plaquées au corps, pas de gros vêtements d’hiver

 

Que dit la loi suisse? : Jusqu’à l’âge de 12 ans ou la taille de 150 centimètres, l’utilisation d’un dispositif de retenue pour enfants (coques, sièges, rehausseurs…) est obligatoire pour transporter un enfant en voiture, qu’il soit à l’avant ou à l’arrière du véhicule.

 

Quelques points importants à connaitre:
  • Le dispositif de retenue choisi doit être conforme à la norme ECE R44.03 ou R44.04 ou R129 (étiquette orange)
  • Pour les tout-petits: il est préférable d’installer le siège coque dos à la route.
  • Particularité pour les modèles répondant à la norme ECE-R129: il est obligatoire de les utiliser dos à la route jusqu’au 15 mois de l’enfant.
  • Choisissez le dispositif de retenue adapté à la taille de l’enfant. Le passage au groupe de sièges supérieur se fait seulement lorsque la tête de l’enfant dépasse du siège.
  • Respectez les consignes d’utilisation du siège et les recommandations du constructeur automobile.
  • Il est toujours plus sécuritaire d’installer le dispositif de retenue sur la banquette arrière. Il ne faut jamais l’installer à l’avant si l’airbag frontal est activé.

 

Pour en savoir plus:

 

Article d’avril 2017, mis à jour le 28 février 2024

Mon enfant fait du vélo

Le port du casque est recommandé pour faire du vélo.

 

Quelles sont les règles de circulation ? Où peut-il rouler et où doit-il rouler ? Nombre de questions se posent lorsque votre enfant apprend à faire du vélo et dès qu’il sait en faire.

En premier lieu, il faut distinguer les vélos pour enfants (vélos pour enfants en âge préscolaire), les draisiennes et les tricycles, qui sont considérés comme des engins assimilables à des véhicules (EAV), et qui ne sont pas soumis à la même réglementation. Concrètement, les EAV peuvent être utilisés pour se déplacer dans les aires destinées aux piétons (zones piétonnes et trottoirs par exemple), sur les pistes cyclables, dans les zones limitées à 30 km/h et sur les routes secondaires qui n’ont pas de trottoirs.

Les routes principales ne sont autorisées qu’aux vélos comme moyen de locomotion, et non comme engin de jeu. Il n’y a pas d’âge minimum pour y circuler. Les seules obligations sont d’une part que l’enfant sache pédaler et d’autre part qu’il soit accompagné d’une personne de plus de 16 ans s’il est lui-même âgé de moins de 6 ans. Dès ce moment, le vélo est considéré comme un véhicule.

Pour information, entre 7 et 12 ans, un enfant peut circuler sur les trottoirs si la route n’est pas équipée d’une piste cyclable. Dès l’âge de 12 ans, l’enfant est soumis à la même réglementation que les adultes. Il n’a pas le droit de circuler en vélo dans les zones piétonnes, ni sur les trottoirs.

Dans tous les cas, avant de se lancer dans la circulation routière avec un enfant en vélo, il est important d’évaluer si sa maturité lui permettra de gérer son environnement dans le trafic. L’habituation se fera de manière progressive par des balades d’abord sur des chemins peu fréquentés. Puis, idéalement, les premières sorties sur les routes principales devraient se faire avec deux accompagnants pour l’enfant, un qui se place devant lui et l’autre derrière lui.

 

 

Références :

 

 

 

Les dangers de l’hiver

Protégez les foyers ouverts et tenez les enfants à l’écart des sources de brûlures (cheminées, boissons chaudes, bougies…)

 

Durant l’hiver, nous avons besoin de chaleur.

Les radiateurs travaillent à fond, les cheminées ronronnent, les bouillottes réchauffent nos lits et les bouilloires sont sollicitées pour préparer de bonnes boissons chaudes . C’est aussi la période où les bougies décorent les tables et les sapins… autant de sources de brûlures pour les enfants. Leur peau est particulièrement sensible et le contact avec un liquide ou une surface à 50° suffit pour provoquer des blessures.

 

Pour en savoir plus:

 

Article du 8 décembre 2016, mis à jour le 27 décembre 2023

Feux d’artifice et pétards : les précautions d’usage.

Gardez les feux d’artifice et les pétards hors de portée des enfants

 

A diverses occasions dans l’année, les feux d’artifice et les pétards font partie de la fête.

Une mauvaise utilisation de ces engins pyrotechniques (engins contenant au moins un élément explosif ou une charge d’inflammation) peut provoquer des brûlures, des lésions oculaires ou auditives voire déclencher un incendie.

Voici quelques précautions à respecter lors de leur achat et de leur utilisation:

  • Lors de l’achat, informez-vous du mode d’utilisation auprès du vendeur et lisez la notice d’emploi
  • Utilisez les engins pyrotechniques dans une zone dégagée, à l’écart des personnes
  • Ne laissez pas les enfants installer ni allumer les engins
  • Installez les engins sur une base stable en tenant compte du sens du vent
  • Prévoyez des bouteilles ou des tubes ancrés dans le sol pour tirer les fusées
  • Ne fumez pas à proximité d’engins pyrotechniques
  • Attendez au moins 5 minutes avant de vous approcher d’un « raté » et n’essayez pas de le réutiliser

 

Références:

 

Article de juillet 2017, mis à jour le 27.12.2023

Attention aux piles bouton !

Les piles bouton doivent impérativement être gardées hors de portée des enfants

Ces petites piles que l’on trouve dans de nombreux appareils, tels que les jouets ou les télécommandes, représentent un risque majeur en cas d’ingestion. En dehors du risque d’étouffement par obstruction des voies respiratoires, elles sont surtout très dangereuses du fait des substances toxiques qu’elles libèrent en quelques heures dans l’œsophage et qui peuvent entraîner des lésions potentiellement mortelles.

 

Voici quelques recommandations de sécurité:

  • Gardez les piles bouton hors de portée des enfants
  • En cas d’ingestion, même supposée, d’une pile bouton; téléphonez au centre antipoison Tox Info Suisse au 145 ou à la centrale d’urgence 144
  • Vérifiez que vos appareils utilisant des piles bouton soit équipé d’un compartiment à piles sécurisé (fermeture avec une vis ou deux manœuvres indépendantes à exécuter pour l’ouvrir). Dans le cas contraire, mettez ces appareils hors de portée des enfants

 

Référence

 

Article du 20 décembre 2017, mis à jour le 4 octobre 2023

Les plantes toxiques

Dans la mesure du possible, il faudrait éviter d’avoir des plantes toxiques dans et autour de votre domicile.

 

Pour bon nombre de personnes, c’est un plaisir de décorer leur environnement avec de jolies plantes. Pourtant certaines d’entre elles peuvent représenter un danger pour les jeunes enfants: curieux de tout, ils aiment découvrir en touchant, voire en portant à la bouche ce qui les entoure, y compris les plantes.

 

La toxicité d’une plante peut se situer dans le bulbe, les racines, les feuilles, les fleurs, les fruits, la sève voire dans toute la plante.

Les réactions à une plante toxique peuvent être de différents types:

  • Intoxication par ingestion
  • Irritation de la peau, des muqueuses, des yeux
  • Réaction de sensibilité à la lumière du soleil

 

Comment prévenir les dangers avec les plantes:
  • Renseignez-vous sur les plantes que vous achetez et sur celles que vous avez déjà
  • Mettez les plantes toxiques hors de portée de l’enfant
  • Surveillez l’enfant lorsqu’il joue à l’extérieur s’il y a des plantes potentiellement toxiques à sa portée
  • Apprenez le plus tôt possible à l’enfant de ne pas toucher ni manger les plantes

 

Comment réagir si vous pensez que votre enfant fait une réaction à une plante toxique:
  • Ne faites ni boire ni vomir l’enfant sans avis médical
  • Identifiez la plante en cause
  • Téléphonez au 145, Tox Info Suisse, pour vous renseigner sur les symptômes qui doivent vous alerter et la conduite à tenir

 

Comment identifier les plantes à risques:

Vous trouverez dans la brochure « Plantes » du centre antipoisons belge www.centreantipoisons.be une liste avec illustrations des plantes les plus communes qui peuvent représenter un risque de toxicité. Attention, cette brochure est belge et oriente vers un numéro d’appel d’urgence en Belgique. En Suisse, le centre de compétences officiel en cas d’intoxication est Tox Info Suisse, atteignable tous les jours 24h/24h au 145 pour les urgences et au +41 44 251 66 66 pour les cas non urgents et demandes de conseils au sujet des intoxications..

 

Pour en savoir plus:

 

Références:

 

Article du 24 juin 2019, mis à jour le 4 octobre 2023