Recette colle “maison”

  • Mettre ½ verre de farine ou de fécule dans une petite casserole
  • Ajouter une cuillère à soupe de sucre (facultatif, mais le sucre retarde la prise de la colle si on souhaite la conserver quelques jours au réfrigérateur) et mélanger
  • Verser progressivement un verre d’eau froide sur ce mélange dans la casserole en remuant doucement
  • Chauffer quelques minutes à feu doux en continuant de remuer doucement jusqu’à l’obtention d’une pâte gluante, si possible sans grumeaux
  • Si la consistance est trop épaisse, ajouter un peu d’eau hors du feu
  • Versez dans un récipient en plastique avec couvercle et laisser refroidir avant utilisation
  • Conserver au réfrigérateur (2 à 3 jours maximum)

La position latérale de sécurité

La position latérale de sécurité est un geste simple à connaitre pour faire face à certaines situations d’urgence. C’est une position de sécurité pour attendre l’arrivée des secours.

Elle s’utilise si l’enfant est inconscient, qu’il respire et qu’il n’a pas subi de traumatisme ayant pu causer des lésions de la colonne vertébrale.

1. Votre enfant ne réagit pas quand vous le touchez ou quand vous lui parlez, mais vous entendez sa respiration ou vous voyez son thorax bouger.

Dans la mesure du possible, appelez de l’aide. Placez l’enfant en position latérale de sécurité afin de maintenir ses voies respiratoires dégagées et de faciliter l’écoulement d’éventuels vomissements vers l’extérieur de sa bouche.

  • Pour un bébé: portez-le dans vos bras en maintenant son corps sur le côté et sa bouche orientée vers le sol
  • Pour un enfant plus grand: mettez-vous à côté de lui. Placez une de vos mains derrière ses genoux et la deuxième derrière ses épaules. Tournez-le sur le côté et inclinez-lui légèrement la tête en arrière avec le visage orienté vers le sol. Repliez la jambe du dessus sur l’autre de manière à ce que le genou touche le sol.

2. Appelez le 144

3. Surveillez sa respiration en attendant l’arrivée des secours

 

Références:

  • Ogier R, Lador F. Pemiers secours enfants. Médecine et hygiène. 2010. (Collection SansBlabla)
  • HUG – Hôpitaux Universitaires de Genève. Mon enfant est malade. www.monenfantestmalade.ch

Illustration mise à disposition par l’association SPARADRAP, une association pour aider les enfants à avoir moins peur et moins mal lors des soins et à l’hôpital  www.sparadrap.org

 

Les enfants, les adolescents et les médias: que savons-nous, que ne savons-nous pas, qu’est-il urgent que nous sachions ?

Bon article sur le sujet qui tente de répondre aux questions rappelées en titre. Nous (parents et pédiatres) avons la perception que les médias peuvent influencer les comportements des enfants et des adolescents, sans présumer dans quel sens, dans des domaines comme les comportements agressifs, l’usage de stupéfiants, l’activité sexuelle précoce, les comportements alimentaires, l’obésité, les résultats scolaires, le développement du langage et le suicide, mais que savons nous ? Il existe une importante recherche ces 50 dernières années que cet article tente de résumer.
L’auteur conclut par la nécessité à s’intéresser à ces problèmes et encourage à se poser deux questions:
Combien de temps votre enfant/ado passe devant un écran chaque jour ?
A-t-il une télévision ou une connexion Internet libre dans sa chambre ?
Il propose des suggestions de programmes pour sensibiliser aux effets nuisibles des médias.

Référence complète :
Children, Adolescents, and the Media: What We Know, What We Don’t Know, and What We Need to Find Out (Quickly!).
Strasburger VC.
Arch Dis Child 2009 ; 94(9) : 655-657
Origine : University of New Mexico, United States.

L’auteur a également publié le même article dans JAMA :
Media in Children : What needs to Happen Now ?
Strasburger VC
JAMA 2009 ; 301(21) : 2265-2266