Les noyades en eau libre

Les noyades en eau libre sont celles qui se produisent dans les lacs, océans, rivières, réservoirs et autres sources d’eau libre .L’organisation  Safe Kids Worldwide et le programme Make Safe Happen ont unis leurs forces en réalisant une étude aux Etats-Unis pour mieux comprendre ce problème spécifique.

  • 22% des décès suite à des noyades en eau libre touchent les enfants 1- 4 ans, contre 57% en piscine dans cette même tranche d’âge
  • 70% des décès par noyade en eau libre ont lieu entre mai et août
  • Pour un décès d’enfant par noyade, environ 7 enfants sont vus dans les services d’urgence pour des accidents de noyade non mortels
  • En 2016 43% des décès par noyade se sont produits en eau libre, contre 38% en piscine, 9% dans le bain et 10% d’origine non connue.
  • Environ 38% des décès par noyade en eau libre ont lieu dans des lacs, 24% en rivières et 20% dans des étangs. Seulement 3,8% se produisent en mer.

Ce n’est pas parce qu’un enfant sait nager en piscine qu’il est pour autant capable de nager en eau vive en raison de dangers tels que le courant, la végétation, les rochers, la température de l’eau souvent plus froide, les variations brutales de profondeur, la difficulté d’estimer les distances. la visibilité limitée etc…

 

Il est donc important d’encourager les parents à délimiter les zones de baignades et à tenir compte des conseils suivants:

  • Surveillez les enfants quand ils sont dans ou autour de l’eau sans se laisser distraire et en restant à proximité
  • Si plusieurs adultes sont présents, désignez une personne pour surveiller les enfants et faites régulièrement un tournus
  • Apprenez à nager aux enfants dès que possible
  • Assurez-vous que les enfants acquièrent les compétences suivantes: aller (ou sauter) en eau profonde et savoir revenir à la surface, se retourner et s’orienter vers une zone de sécurité, flotter ou faire la planche dans l’eau, coordonner la respiration et les mouvements de natation et enfin, sortir de l’eau
  • Expliquez aux enfants pourquoi nager en eau libre est différent de nager en piscine
  • Portez un gilet de sauvetage pour faire du bateau ou d’autres activités sur l’eau
  • Faites porter un gilet de sauvetage aux petits enfants et à ceux qui ne savent pas nager lorsqu’ils se trouvent à proximité de l’eau
  • Utilisez les zones de baignade autorisée
  • Apprenez les gestes de premiers secours en cas de noyade

 

Références:

  1. Safe Kids Worldwide, Make Safe Happen. Fast facts- Open Water Drowning by the numbers [Internet]. 2018 [cité 5 juin 2018]. https://www.safekids.org/sites/default/files/fast_facts_ow_drowning.pdf
  2. Safe Kids Worldwide, Make Safe Happen. Hidden Hazards- An Explorartion of Open Water Drowning and Risks for Children [Internet]. 2018 [cité 5 juin 2018]. https://www.safekids.org/sites/default/files/water_safety_study_2018.pdf

 

 

En sécurité dans le jardin

Gardez les enfants sous surveillance quand ils sont dans le jardin

 

Les longues journées ensoleillées de l’été sont toujours une occasion pour profiter d’être à l’extérieur et apprécier les joies de s’amuser dans le jardin. Partir à l’aventure dans ce nouvel environnement est un véritable plaisir pour les enfants. Cependant, la prudence est de mise car c’est aussi un terrain rempli de dangers qu’il faut connaitre pour prendre les précautions qui s’imposent.

Voici quelques mesures de sécurité pour bien profiter du jardin:

  • Clôturez votre jardin dans la mesure du possible, sinon restez en permanence à proximité des enfants quand ils jouent dans le jardin
  • Si vous avez une piscine, rendez-y l’accès impossible en dehors de votre présence: enlever l’échelle si c’est une piscine hors-sol, mettre des barrières ou couvrir si c’est une piscine enterrée, vider les pataugeoires et petites piscines gonflables quand vous quittez le jardin ((un enfant peut se noyer dans 20 centimètre d’eau)
  • Vérifiez l’état de votre jardin en début de saison pour éliminer d’éventuelles sources de danger telles que des branches cassées, des clous, des morceaux de verre….etc.
  • Assurez-vous que les structures de jeu telles que portique de balançoire, toboggan, cabane pour enfant, trampoline…. soient conformes aux normes de sécurité et en bon état
  • Gardez en lieu sûr tous les outils de jardinage (râteau, escabeau, tondeuse, cisailles…etc.)
  • Mettez hors de portée des enfants les produits toxiques tels que désherbant, allume-feu, engrais, anti-limaces….etc.
  • Veillez à ce que les enfants ne puissent accéder à d’éventuelles plantes ou baies toxiques
  • Gardez les enfants à l’écart du barbecue, en particulier quand il est allumé ou encore chaud
  • Ne laissez pas les enfants seuls en présence d’un animal
  • Et enfin, expliquez aux enfants dès que possible les dangers du jardin et les règles de sécurité

 

 

Pour en savoir plus:

 

 

À bicyclette

Quelque soit le système de transport choisi, mettez un casque à votre enfant

 

Se promener en vélo avec son enfant est une activité agréable qui permet de combiner un peu d’exercice physique pour l’adulte avec la découverte de nouvelles sensations pour l’enfant.

 

Les différents systèmes de transport:

  • .La remorque pour vélo: c’est la solution la plus sure. Elle peut être utilisée dès l’âge de 1 an jusqu’aux 7 ans de l’enfant. Elle permet de transporter au maximum 2 enfants pour un poids total de 80 kg, remorque comprise. L’enfant doit pouvoir être attaché individuellement avec un harnais.
  • .Le siège pour vélo: il en existe deux variantes. Le plus répandu est celui qui se fixe à l’arrière du vélo: il permet de transporter un enfant de 1 an à 7 ans, doit être équipé d’un système de sangles permettant d’attacher l’enfant et porter la norme EN 14344. Le siège qui se fixe à l’avant du vélo est moins sécuritaire, il permet de transporter un enfant de 1 à 3 ans ne pesant pas plus de 15 kg.

Il est possible d’utiliser ces systèmes de transport pour des trajets courts dès que l’enfant se tient bien assis seul (entre 7 et 9 mois). Il est préférable d’attendre que l’enfant ait 1 an pour des promenades plus longues.

  • .Les systèmes de traction articulés se fixant au vélo: il peut s’agir d’un vélo additionnel (demi-vélo d’enfant) qui s’attache à l’arrière du vélo adulte ou d’une barre de traction qui permet de fixer un vélo d’enfant complet au vélo de l’adulte. Ils peuvent s’utiliser dès les 4 ans de l’enfant jusqu’à 9 ans pour le premier et 7 ans pour le second.

 

Quelques consignes de sécurité:

  • Quelque soit le système, mettez un casque à votre enfant et portez-en un pour montrer l’exemple
  • Ne laissez jamais l’enfant seul
  • Lors des chaudes journées estivales, pensez à hydrater votre enfant fréquemment.
  • Vérifiez régulièrement le matériel et le système de fixation

 

Pour en savoir plus

Faire de la luge

Il est vivement recommandé de mettre un casque à votre enfant lorsqu’il va faire de la luge

 

Activité d’extérieur qui réjouit les grands et les petits en hiver, la pratique de la luge nécessite de prendre quelques précautions pour éviter un accident:

  • Etre bien équipé : habits chauds, casque, luge adaptée
  • Bien choisir l’endroit pour aller faire de la luge: pentes pas trop raides, libres d’obstacle, pas à proximité d’une route.
  • Connaitre et appliquer les règles de comportement adéquat: respecter les autres lugeurs, maîtriser la vitesse et la direction de sa luge, garder des distances de sécurité…

 

Pour en savoir plus:

 

En hiver, il fait vite nuit ! Rendez vos enfants visibles dans la rue.

Équipez votre enfant d’éléments réfléchissants

De par leur petite taille, les enfants sont déjà peu visibles dans la rue pour les automobilistes.

Avec le passage à l’heure d’hiver et les journées qui raccourcissent, la pénombre s’installe rapidement. La visibilité est réduite pour les conducteurs, les risques d’accidents sont plus élevés pour les piétons.

Il est donc essentiel de rendre les enfants bien visibles lors de vos déplacements dans la rue.

Voici quelques précautions à prendre:

  • Privilégiez des habits clairs pour votre enfant
  • Équipez les vêtements de votre enfant de bandes ou de stickers réfléchissants, en particulier sur les bras, les poignets ou les chevilles

 

Source:

L’enfant piéton

Ne laissez pas votre enfant seul dans la rue tant qu’il ne sait pas évaluer les dangers de la rue et y réagir correctement

Un jeune enfant est particulièrement vulnérable dans la rue du fait de sa petite taille qui le rend peu visible, et de ses capacités cognitives qui ne lui permettent pas encore d’apprécier correctement les dangers potentiels auxquels il est exposé:

  • Jusqu’à 5 – 6 ans, un enfant ne perçoit le danger qu’au dernier moment
  • Avant l’âge de 6 – 7 ans, il ne sait pas évaluer les vitesses et les distances
  • Jusqu’à 8 ans, il ne sait pas identifier d’où vient un bruit et ne comprend pas qu’un véhicule ne peut pas s’arrêter d’un coup
  • Son champ visuel est inférieur de 35% à celui d’un adulte, il ne voit bien que ce qui se trouve en face de lui
  • Ses capacités à gérer correctement la circulation routière seront acquises vers l’âge de 10 – 11 ans

 

Il est donc primordial d’apprendre le plus tôt possible à l’enfant à bien se comporter dans la rue:

  • En tout premier lieu, montrez-lui le bon exemple
  • Apprenez à l’enfant à marcher sur le côté intérieur du trottoir
  • Expliquez-lui qu’il faut toujours s’arrêter au bord du trottoir avant de traverser
  • Montrez-lui que l’on traverse sur un passage piéton. Lorsqu’il y a un feu, on attend qu’il soit vert
  • Apprenez-lui que la rue n’est pas un terrain de jeu: on ne court pas, on ne joue pas au ballon sur la chaussée ou à proximité.
  • Faites-le s’exercer aux bons comportements en votre compagnie, félicitez-le quand il a les bonnes réactions et expliquez-lui les risques s’il se montre imprudent

 

Pour en savoir plus: