Vacances d’été à la montagne

Passer des vacances d’été à la montagne avec des enfants demande une bonne organisation et quelques précautions

 

Partir à la montagne en été demande de penser à quelques points importants:

  • Selon l’âge de votre enfant, l’altitude et le pays de destination, il peut être utile de solliciter l’avis du médecin traitant de l’enfant
  • Les incontournables à mettre dans la valise: le carnet de santé de votre enfant, la crème solaire adaptée à l’âge de votre enfant, les lunettes de soleil et une casquette à visière (ou un chapeau de soleil à bords), des habits chauds (les variations de température en montagne peuvent être importantes et rapides), des bonnes chaussures de marche si vous prévoyez de faire quelques randonnées

 

Lors de votre séjour, quelques précautions s’imposent:

  • Si votre enfant présente des signes d’inconfort (pleurs, irritabilité…) lors du trajet pour monter jusqu’à votre lieu de destination, faites des pauses régulièrement pour faciliter l’acclimatation au changement d’altitude et proposez-lui à boire (le fait de déglutir permet de décompresser les tympans)
  • Une fois sur le lieu de vos vacances, pensez à hydrater régulièrement votre enfant, l’air est plus sec en montagne
  • Lorsque vous êtes à l’extérieur et que le soleil brille, pensez à mettre de la crème solaire à votre enfant et à renouveler l’application régulièrement. Mettez-lui des lunettes de soleil.
  • Lors de promenades ou de randonnées, adaptez le degré de difficulté du parcours aux compétences physiques de votre enfant et mettez-lui des bonnes chaussures pour marcher (orteils protégés, chevilles bien maintenues)
  • Évitez les jeux de ballon dans les terrains pentus (risques de chute plus importants)
  • Si vous profitez des lacs de montagne pour une baignade, attention à la différence de température air-eau qui peut être marquée, mouillez progressivement votre enfant et surveillez-le pendant qu’il se baigne
  • Après une promenade, pensez à contrôler si votre enfant n’a pas été piqué par une tique. En cas de piqûre, adoptez les bons gestes (voir lien ci-dessous)

 

 

Pour en savoir plus

 

 

 

Le printemps est là, les tiques se réveillent

Pour se protéger des tiques, portez des chaussures fermées et des habits couvrant les jambes et les bras. En complément, appliquez un répulsif sur la peau et les habits, en prenant soin d’en choisir un adapté à l’âge de l’enfant

 

Dès les premiers signes de redoux, les tiques se réveillent.

Elles peuvent transmettre des maladies graves telles que la borréliose (ou maladie de Lyme) et l’encéphalite à tiques (ou méningo-encéphalite verno-estivale). Pour cette dernière,il peut s’avérer utile de se vacciner selon son lieu de résidence (voir la carte de l’Office fédéral de la Santé Publique montrant les zones où la vaccination est recommandée).

On trouve plus généralement les tiques dans les sous-bois, les bordures de chemins, les lisières de forêt, les buissons et les hautes herbes .
Lors d’une promenade, elles profitent de notre passage pour s’accrocher à nos vêtements puis viennent se fixer à la peau à l’aide de 2 “crochets” situés sur leur tête.
Leur piqûre est indolore, il est donc important de bien examiner ses vêtements et sa peau après une promenade en zone à risque.

En cas de piqûre, retirez entièrement la tique à l’aide d’une pincette ou d’un système tire-tique en se positionnant au plus près de la peau. Désinfectez le point de piqûre après l’arrachage de la tique.

 

Pour en savoir plus

  • LES TIQUES protégez-vous ! brochure du service de la santé publique (VD) que vous pouvez gratuitement commander auprès du service de la santé publique, tél. 021 316 42 00 ou par mail

 

Article du 16 mars 2017, mis à jour le 01.04.2019

Enfants et chiens

Ne laissez jamais un enfant et un chien ensemble sans surveillance

 

Le chien est réputé pour être le meilleur ami de l’homme. Les interactions entre l’enfant et l’animal peuvent se révéler très positives: confident, compagnon, ami de jeu,…il favorise la découverte de nouveaux apprentissages

Le chien a des manières de communiquer ses humeurs et des comportements qui lui sont spécifiques. Cela peut engendrer des risques d’accident:

  • Une mauvaise compréhension entre le chien et l’enfant  ou un non-respect des signaux émis par l’animal peuvent être à l’origine d’un accident par morsure
  • Une sous-estimation de la force du chien par rapport à celle de l’enfant peut être à l’origine de chutes par bousculade

 

Pour que la cohabitation se passe bien, il y a quelques éléments importants à respecter:
  • Ne laissez jamais un enfant seul avec un chien
  • Apprenez à l’enfant à respecter le chien: il ne faut pas le déranger quand il dort ou qu’il mange,
  • Si votre enfant veut caresser un chien, demandez d’abord la permission à son propriétaire. Si la réponse est oui, appelez le chien pour qu’il vienne vers vous
  • N’approchez jamais un chien qui est attaché, même si vous le connaissez
  • Si un chien arrive vers vous à vive allure, ne partez pas en courant. Immobilisez-vous et ne regardez pas le chien
  • Enfin, si le chien vit à la maison avec l’enfant, apprenez à votre chien à respecter vos règles de vie et vos limites

 

Pour en savoir plus:

 

Article du 20 septembre 2017,  mis à jour le 2 avril 2019

En été, les guêpes et les abeilles s’invitent à nos pique-niques

Avant de s’installer pour pique-niquer, vérifiez qu’il n’y a pas d’essaim d’abeilles ou de nid de guêpes à proximité

 

Voici quelques mesures pour éviter d’être piqué:

  • Évitez de marcher pieds nus sur l’herbe
  • Privilégiez les vêtements couvrants de couleur claire, évitez les couleurs sombres ou vives
  • Évitez de laisser traîner des boissons ou des aliments sucrés et vérifiez toujours les bouteilles ou les verres avant de boire
  • Restez calme en présence d’une abeille ou d’une guêpe et évitez les mouvements brusques pour la chasser

 

Que faire en cas de piqûre?

  • S’il s’agit d’une piqûre d’abeille, enlevez délicatement le dard s’il est resté dans la peau
  • Que ce soit une abeille ou une guêpe, appliquez du froid pour soulager la douleur
  • Si la piqûre est localisée dans la bouche, s’il y a des signes d’allergies de type difficultés à respirer ou gonflement du visage, s’il l’enfant a plus de 4-5 piqûres, appelez immédiatement le 144

 

Références:

 

Article du 10 juillet 2017, mis à jour le 24.06.2019

Morsure d’animaux

Ne laissez jamais un enfant seul avec un animal. Apprenez à l’enfant à avoir un comportement respectueux envers les animaux

 

Les morsures d’animaux les plus fréquentes proviennent des animaux de compagnie (chiens, chats) que l’enfant connait.

Que faire en cas de morsure:
  • Lavez la plaie à l’eau et désinfectez-la avec un désinfectant sans alcool et non teinté
  • Vérifiez dans le carnet de santé de l’enfant s’il est à jour pour la vaccination contre le tétanos. Si ce n’est pas le cas, prenez contact avec le médecin de l’enfant pour faire une injection de rappel
  • Consultez immédiatement un médecin si :
    La plaie se situe sur le visage ou sur le cou
    La morsure est profonde, la peau est transpercée
    La région autour de la blessure devient rouge, se met à enfler ou est douloureuse
  • Dans la mesure du possible, assurez-vous que l’animal qui a mordu l’enfant est vacciné contre la rage.
    En cas de doutes, renseignez-vous auprès du médecin de l’enfant

 

Références:

  • Ogier R, Lador F. Pemiers secours enfants. Médecine et hygiène. 2010. (Collection SansBlabla)
  • AboutKidsHealth. Les réponses dignes de confiance de l’hôpital pour enfants de Toronto.  www.aboutkidshealth.ca
  • HUG – Hôpitaux Universitaires de Genève. Mon enfant est malade. www.monenfantestmalade.ch

Les chiens ne causent pas que des morsures aux enfants

Chaque année environ 4.7 millions d’enfants sont mordus par des chiens aux USA. Beaucoup a été dit, étudié et écrit sur les morsures. Mais les autres lésions résultant de la relation enfant-chien n’ont jamais été étudiées.

Les auteurs ont analysé toutes les admissions dans leur centre d’urgences en rapport avec ces lésions. Les admissions en rapport avec des chiens représentaient 2% des urgences traumatiques, soit 191 enfants de 0 à 20 ans entre 2001 et 2007. Parmi elles 18% différaient des morsures. La majorité (76%) résultait d’un contact direct avec le chien. Dans 12 % des cas, l’enfant est tombé avec l’adulte qui le portait du fait d’un chien, soit qui les avait poussés, soit qui était passé dans les jambes. Des collisions chiens-véhicules divers (vélo, trottinette,..) comptaient également pour 12% des circonstances d’accidents. Les lésions les plus souvent constatées étaient des contusions ou des traumas crâniens, suivi des fractures des extrémités, le fémur étant le plus souvent touché.

Les auteurs concluent que ce vaste groupe de lésions ne devrait plus être ignoré dans l’analyse et la prévention des accidents liés aux chiens.

Référence complète:
“Non-bite dog-related” injuries: an overlooked injury mechanism in the pediatric population.
Juang D, Sippey M, Zuckerbraun N, Rutkoski JD, Gaines BA.

J Trauma 2011; 71(5 Suppl 2): S531-S533.
Affiliation: From the Department of Surgery, Children’s Mercy Hospital, Kansas City, Missouri; Department of Surgery (M.S., J.D.R., B.A.G.), and Department of Emergency Medicine (N.Z.), Children’s Hospital of Pittsburgh of UPMC, Pittsburgh, Pennsylvania.