Un air de printemps

Il est important de bien choisir les plantes pour l’extérieur et de surveiller les enfants quand ils jouent dans le jardin

 

Avec l’arrivée du printemps, l’envie de voir s’épanouir des jolies fleurs dans les jardins se réveille. Leurs couleurs vives sont un plaisir pour les yeux et très attirantes pour les petites mains curieuses des enfants. Pourtant, certaines d’entre elles peuvent être toxiques.

Parmi les fleurs toxiques les plus courantes à cette saison, on trouve:

  • les tulipes: toute la plante (bulbe, tige et fleur) contient des substances toxiques par ingestion et pouvant être allergisantes par contact
  • les narcisses: toxiques par ingestion du bulbe principalement
  • les jacinthes: toutes les parties de la plantes sont toxiques par ingestion
  • les primevères: toxiques par ingestion et pouvant créer des allergies au niveau de la peau par contact
  • le muguet: clochettes, feuilles et tiges contiennent des substances toxiques par ingestion que l’on retrouve également dans l’eau du vase où l’on a mis les fleurs

Il est donc important de surveiller les enfants quand vous jardinez ou lorsqu’ils jouent dans le jardin. Dès que possible, apprenez-leur que ces jolies fleurs sont là pour être regardées et senties, mais qu’elles peuvent être dangereuses: elles ne doivent pas être mangées et il faut se laver les mains si on les a touchées.

Si vous pensez que votre enfant a peut-être mangé une de ces plantes ou si des symptômes digestifs apparaissent (vomissements, maux de ventre, salivation excessive, diarrhées…) ou d’autres signes d’alerte tels que vertiges, difficulté respiratoire, irritation cutanée, contactez le centre Tox Info Suisse au 145

 

Pour en savoir plus:

Prudence avec le barbecue

Éloignez les enfants du barbecue lorsqu’il est allumé

 

En été, les grillades sont à l’honneur pour le plaisir des petits et des grands. L’utilisation du barbecue demande quelques précautions pour éviter les brûlures chez les enfants.

  • Choisissez un barbecue conforme à la norme européenne de sécurité CE ( code figurant avec le numéro de série de l’objet)
  • Installez le barbecue sur une surface plane et dégagée, à au moins 1 mètre de matériaux potentiellement inflammables (buissons, habitations, meubles de jardin….)
  • Utilisez des allume-feu solides pour les barbecues à charbon (cube, gel, …), pas d’alcool à brûler ou d’essence
  • Rangez les produits d’allumage à distance du barbecue et hors de portée des enfants
  • Tenez les enfants éloignés du barbecue allumé et assurez-vous qu’ils ne jouent pas au ballon à proximité (le ballon pourrait renverser le barbecue ou provoquer des projections de braises en atterrissant dans le foyer) ou à d’autres jeux à risque (courir, faire du vélo…)

 

Pour en savoir plus

 

Article du 9 juillet 2019, mis  jour le 29 juin 2020

Le printemps est là, les tiques se réveillent

Pour se protéger des tiques, portez des chaussures fermées et des habits couvrant les jambes et les bras. En complément, appliquez un répulsif sur la peau et les habits, en prenant soin d’en choisir un adapté à l’âge de l’enfant

 

Dès les premiers signes de redoux, les tiques se réveillent.

Elles peuvent transmettre des maladies graves telles que la borréliose (ou maladie de Lyme) et l’encéphalite à tiques (ou méningo-encéphalite verno-estivale). Pour cette dernière,il peut s’avérer utile de se vacciner selon son lieu de résidence (voir la carte de l’Office fédéral de la Santé Publique montrant les zones où la vaccination est recommandée).

On trouve plus généralement les tiques dans les sous-bois, les bordures de chemins, les lisières de forêt, les buissons et les hautes herbes .
Lors d’une promenade, elles profitent de notre passage pour s’accrocher à nos vêtements puis viennent se fixer à la peau à l’aide de 2 “crochets” situés sur leur tête.
Leur piqûre est indolore, il est donc important de bien examiner ses vêtements et sa peau après une promenade en zone à risque.

En cas de piqûre, retirez entièrement la tique à l’aide d’une pincette ou d’un système tire-tique en se positionnant au plus près de la peau. Désinfectez le point de piqûre après l’arrachage de la tique.

 

Pour en savoir plus

  • LES TIQUES protégez-vous ! brochure de la Direction générale de la santé (VD) que vous pouvez gratuitement commander auprès du service de la santé publique, tél. 021 316 42 00 ou par mail

 

Article du 16 mars 2017, mis à jour le 29.06.2020

Newsletter Été 2019

Avec 4 parutions par année, la newsletter Pipad’es donne des informations de saison et vous fait découvrir quelques-uns des derniers articles publiés sur le site.

Vous pouvez vous y abonner en cliquant sur le lien S’inscrire .

Voici l’édition parue en juin

Cueillette en forêt

Lors de la cueillette d’ail des ours, contrôlez chacune des feuilles

 

Partir se promener en forêt avec l’objectif de cueillir de l’ail des ours pour agrémenter nos salades ou autres recettes de cuisine est un plaisir avec les enfants au printemps. Mais attention au risque de confusion avec les feuilles de muguet qui sont toxiques, ou plus grave avec les feuilles de colchique qui, elles, sont très toxiques.

Pour éviter une intoxication:

  • Surveillez les enfants pour qu’ils ne consomment pas une feuille de muguet ou de colchique à votre insu
  • Contrôlez une par une les feuilles de votre cueillette et éliminez celles qui vous semblent douteuses. Un moyen pour vous aider à différencier les feuilles d’ail des ours: elles ont une odeur caractéristique d’ail alors que les feuilles des colchiques sont inodores.
  • Privilégiez la cueillette dans un champ d’ail des ours plutôt qu’en lisière de forêt où le risque de trouver muguet ou colchique est plus grand

Enfin, si vous ou votre enfant présentez des symptômes de type nausées, vomissements ou diarrhées quelques heures après avoir mangé de l’ail des ours, contactez immédiatement Tox Info Suisse au 145.

 

Pour en savoir plus: