Cette étude US porte sur 7 ans (2000-2007) et recense 213 cas de traumatismes résultant de la pratique du snowboard chez des enfants de 6 à 21 ans dans un centre de référence de traumatologie pédiatrique (“level 1”), ce qui crée un biais que les auteurs mentionnent, en ce que les traumatismes graves sont surreprésentés (7% de traumatismes abdominaux graves). Le titre en anglais ne reflète pas le contenu de l’article qui étudie tous les traumatismes résultant du snowboard et pas seulement les traumatismes abdominaux, d’où son intérêt.
Sans surprise il y a 79% de garçons. Le groupe le plus représenté (79%) est celui entre 12 et 14 ans. Par fréquence décroissante, les lésions concernaient le membre supérieur (58%), la tête (27%), le tronc (19%), le membre inférieur (10%). 74% des lésions abdominales avaient lésé un organe plein, en particulier la rate. La hauteur de chute (plus de 1 mètre) n’est pas corrélée avec un type particulier de lésion. Par contre il apparaît que les garçons se font des traumatismes abdominaux (p < 0.001), et les filles des traumatismes pelviens (p < 0.001). Les garçons ont plus de fractures (p < 0.01). Les petits enfants (moins de 14 ans) ont plus de lésions abdominales (p < 0.05), tandis que les plus âgés ont plus de lésions pelviennes. Il existe une corrélation associative nette entre les fractures du membre supérieur et les trauma abdominaux (p = 0.003).

Dans la discussion, les auteurs parlent de « dramatique » croissance de ce type de traumatismes, avec 6 cas en 2000 et 56 cas en 2005. Ils constatent que les lésions à snowboard diffèrent de celles du ski et les lésions pédiatriques de celles des adultes. Par exemple ils n’ont jamais retrouvé dans cette série pédiatrique la fracture de la cheville décrite chez les snowboarders adultes comme typique de ce sport (« snowboarder’s ankle »). Ils regrettent que le port du casque soit rarement mentionné alors que les traumas affectant la tête sont fréquents.
Ce travail est essentiellement descriptif. Cependant les auteurs développent  des hypothèses intéressantes sur les causes possibles des lésions constatées. Ainsi, ils mentionnent que la majorité des snowboarders ont le pied droit en arrière (regular), donc le flanc gauche tourné vers l’avant ce qui pourrait expliquer le nombre important de lésions spléniques. Certaines seraient dues au coude gauche de l’enfant lui-même, qui provoquerait une contusion du flanc gauche. Ils proposent la même explication à la surreprésentation de lésions du membre supérieur gauche par rapport au droit, d’où la corrélation associative mentionnée dans l’article. Il serait intéressant de voir si la proportion s’inverse chez ceux qui ont le pied gauche en arrière (« goofy »), mais le collectif ne permet pas cette analyse.

Référence:
Snowboarding-Related Abdominal Trauma in Children.
McCrone AB, Lillis K, Shaha SH
Pediatr Emerg Care 2012; 28(3) :251-253.
Affiliation: Department of Emergency Medicine, SUNY Upstate Medical University, Syracuse; State University of New York at Buffalo, School of Medicine, Williamsville, NY.